Les refus de prêts bancaires en hausse

Depuis la reprise, les refus de prêts bancaires sont en hausse

Depuis plusieurs années, les conditions de taux des prêts bancaires baissent. Cela a permis à de nombreux ménages de pouvoir emprunter et devenir propriétaires. Parallèlement à ces conditions favorables, les banques ont également permis des financements sans apport ou ont même pu prêter à un endettement supérieur au fameux « 33% ».

Une bonne reprise mais des conditions d’accès au crédit plus strictes

Après deux mois de reprise suite au déconfinement, le marché de l’immobilier a très bien redémarré comme nous le confirme nos partenaires (agences immobilières, constructeurs …). Les visites ont pu reprendre pour le plus grand bonheur de tous, permettant aux personnes le souhaitant de devenir propriétaires.

Mais suite à ces années de croissance du nombre des prêts immobiliers, fin Décembre 2019, le Haut Conseil de la Stabilité Financière (HCSF) chargé de la surveillance du système financier dans son ensemble, avait fait part de recommandations afin de garantir sa stabilité (voir article précédent). Ces conditions d’octrois qui s’étaient durcies durant le début d’année, ont également été impacté par le COVID 19.

 

Un taux d’usure limitant

Durant cette période de confinement, les taux sont remontés tandis que le taux d’usure restait bas, cela fait un effet de « ciseaux » bloquant certains dossiers.

Pour rappel le taux d’usure est le taux effectif maximum global (TAEG) auquel les banques peuvent prêter de l’argent. Regroupant le taux, l’assurance, les frais de garantie, les frais de dossiers et de courtage, celui-ci a été mis en place pour éviter les abus et protéger le consommateur.

Il est calculé en se basant sur les taux moyens distribués par les organismes bancaires à leurs clients, augmenté d’un tier. Or, dans cette période si spéciale, celui-ci vient bloquer l’accès au crédit pour certains projets. 

Les professionnels de l’immobilier appellent depuis quelques mois à des changements de règles afin de pouvoir toujours protéger le consommateur sans le bloquer dans son achat.

Les emprunteurs impactés

Parallèlement à ce phénomène, les banques ont respecté les demandes du HCSF sélectionnant les plus beaux profils et durcissant les conditions d’accès aux ménages.

Dans la région les prix de l’immobilier n’ont pas diminué. Donc avec des prix toujours conséquents, des conditions plus strictes et un taux d’usure très bas, les projets peuvent devenir compliqués.

Pour tous vos projets, n’hésitez pas à vous rapprocher de l’un de nos conseillers afin de vérifier et ajuster votre capacité d’endettement, une analyse réalisée avant le confinement ne sera plus forcément valable aujourd’hui.

Nos conseillers YAMA CONSEIL restent réactifs malgré la période de vacances afin de répondre et satisfaire leurs clients.

accompagnement,
confiance & proximité
Yama Conseil vous accompagne et vous conseille tout au long de votre projet en vous apportant une solution personnalisée et la mieux adaptée.
une expertise avérée
pour un conseil adapté
Nous mettons nos compétences, notre savoir faire et notre réseau de partenaires spécialisés à votre service afin de vous accompagner et vous conseiller dans la concrétisation de votre projet.
objectivité, économie
& gain de temps
Vous bénéficiez des taux les plus bas du marché, de montages financiers optimisés et de conditions privilégiées pour répondre au mieux aux attentes de nos clients.